Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/04/2020

La magie Crolla …

Préambule: Poste .. Scriptum ...  était une séquence dans une émission de radio, "Les choses de la nuit" le dimanche de minuit à 4 h sur France Inter...  et dans cette séquence Jean-Charles Aschéro lisait la lettre d'un auditeur, souvenirs ou anecdotes partagées, avec à la fin une chanson où une musique demandée par l'auteur de la lettre. Mais ici ...

 

Ça commence par une chanson,

 

 

Dans les années 1982-84, grâce à des amis qui connaissaient Robert Doisneau depuis les années 50, nous avons eu le privilège de partager quelques repas et réveillons en famille, celle de Doisneau, ses filles et petits enfants, nous avions à peu près le même âge (avec ses filles Francine et Annette), et lors d'une des premières rencontres, à table, Robert Doisneau, délicieux conteur partageait quelques souvenirs avec Jean Gouttebaron, cet ami commun dont l'auberge était « réservée » quand venaient Vercors, Doisneau , ou les animateurs de l'Institut Lumière, qui venait de naître les lyonnais Bertrand Tavernier, Bernard Chardère... C'est dans cette auberge que s'est ébauché le projet de photos autour du film « Un dimanche à la campagne » et en conséquence l'amitié entre Doisneau et mademoiselle Azéma.

Mais Crolla ?? Voilà, lors d'une soirée, « en familles » « Bob » - il me semble que Jean Gouttebaron était le seul à appeler Doisneau « Bob », et qu'il était aussi le seul à tutoyer -dans la famille Gouttebaron, le vous était de rigueur - Bob raconte une anecdote qu'il adorait, concernant Prévert, voici :

  • Un après midi des années 50, Jacques (Prévert) est attablé avec Crolla son fils « adoptif » ils ont commandé un café, c'est une période où ils sont tous deux un peu fauchés, l'un et l'autre étant très généreux, donc régulièrement désargentés. Ils ont acheté un billet de loterie, et ils passent une bonne partie de l'après midi, devant leur café, à faire la liste de tous les cadeaux qu'ils vont faire aux copains avec le gros lot … La liste est bien fournie ... en fin d'après midi, ils quittent le bistrot, payent leurs cafés … et donnent le billet de loterie en pourboire au garçon . »

 

 

doisneau-hamilton  rec 12-04-2020 19-34-50 302x412.jpgRaconté avec le regard malicieux de Doisneau, c'est un moment délicieux. Mais, la suite est inattendue, Doisneau était un conteur né, Gouttebaron avait des souvenirs riches à partager, avec lui, avec nous, et on écoutait religieusement. Mais ... Crolla … Là j'ai glissé un mot, j'étais le seul à la table à réagir au nom de Crolla, et est née une complicité discrète avec Doisneau, qui prenait plaisir à jouer avec ça .. Lors d'une réception assez huppée à l'Institut Lumière avec toutes les personnalités de Lyon, il avait demandé à Jean Gouttebaron de l'accompagner avec « sa garde rapprochée » 3 roannais, dont deux totalement inconnus, que Doisneau prenait à part de temps en temms pour échapper à des sollicitations un peu importunes, il venait nous chuchoter un truc anodin à l'oreille, genre «  Regardez un peu les têtes qu'ils font en se demandant qui sont cette belle brune et ce barbu... »  et on échangeait quelques mots sur Crolla, ce qui état encore plus ésotérique pour les invités de la belle société des remparts d'Ainay . (Pour les étrangers à la vie lyonnaise, les remparts d'Ainay, c'est le 16 ème Auteuil-Neuilly-Passy, l'aristocratie bourgeoise dans toute sa splendeur.) Pour le contexte global, ce genre de réception regroupait des invités au style vestimentaire plus « Jours de France Images du monde » que la mode des fortifs ou de la rue, Et Doisneau avec son col roulé noir sobre ( et sa casquette titi parigot) accompagné entre autres d'une grande brune en robe longue indienne , c'était … une photo de Doisneau en tableau vivant.

 

Quelques années plus tard « Crolla » a été le sésame qui a ouvert toutes les portes celles d'Higelin, Moustaki, André Hodeir, Yves Robert, Henry Fabiani, Emmanuel Soudieux, Marcel Azzola ... portes ouvertes en grand, d'autres se sont entr'ouvertes, plus ou moins brièvement, question de circonstances, Raymond Devos, Henri Salvador.. mais ceci est une autre histoire ...

Avec la petite musique de la guitare de Crolla ,

 


 


 


 

Norbert Gabriel

 

 

Écrire un commentaire