Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/04/2020

Lettre à François Lavergne

Salut l'ami

C'est par une chanson que ça commence, parce qu'elle a été la bande son de toutes ces histoires roannaises, avec Le déserteur, et «Le temps des cerises ...  avec François et quelques autres ...


 

Neuf mois … c'est le temps d'une naissance.  L'embryon devient un petit humain ... Parfois, on a la chance de naître une seconde fois … C'est ce qui m'est arrivé entre Septembre 1960 et Juillet 1961, plus exactement Octobre 60 , grâce à François Lavergne … Flash back sur cette année là.

Je suis arrivé à Roanne en juin, mais entre un voyage en Autriche et un stage chez Berliet, à Vénissieux, c'est début septembre que j'arrive vraiment à Roanne, 142 rue de Villemontais tout en haut, vers le Mayollet. Mon père qui est à Roanne depuis Mars ou Avril, a lu dans Le Pays Roannais, l'hebdo incontournable de la région, un  article qui annonce l'ouverture de la saison du groupe ajiste, c'est la soupe aux choux, au Pic de Rochefort. Et il y a un contact François Lavergne, rue Claude Bochard. (ou rue Arago?) Quelques coups de pédales, j'y suis, un jeune homme mince me reçoit, m'explique ce qu'est le groupe AJ, et rendez-vous est pris pour la réunion hebdomadaire dans l'ex Caserne Werlé*. Il me semble que c'était le mardi ou le mercredi... Première rencontre avec ces ajistes, un mélange heureux de gens de différents milieux, entre 18 et 30/35 ans, dans un groupe qui multiplie les activités, cyclotourisme, marche, sorties culturelles, gestion des deux auberges de jeunesse, celle du Pic de Rochefort** et celle de Balbigny***... Des maisons rustiques, celle du Pic de Rochefort est une sorte d'ancienne maison de forestiers, l'eau courante est une source dans la cave, on peut y dormir à 25/30, garçons et filles en toute amitié... Dans le groupe - François en est la cheville ouvrière et le président de l'asso 1901- il y a le couple Rabeyrin, et leur tandem, le couple de jeunes mariés Georgette et Robert Frasse, les frères et sœurs Cascarino, Mic Chantelauze, Robert Jeune, et son frère Marc, et d'autres dont je vois le visage mais oublié le nom.

Au cours de ces 10 mois, ce sera dans l'ordre, la soirée soupe aux choux au Pic, la marche Changy-Villemontais**** en octobre, puis Balbigny-Roanne en novembre, et Roanne-Thiers en décembre.... A cette époque, on était entre 50 et 90 marcheurs, tous plus ou moins familiers des sorties cyclo et des activités associatives.

François Lavergne, sur le plan vélo, j'en ai des souvenirs très précis, d'abord, il avait un super vélo, cyclo haut de gamme, le mien , c'était le genre  percheron -sympa- à côté d'un pur sang racé de haut vol ... et le terme n'est pas usurpé, François, c'était le type qui me faisait penser à Fausto Coppi, visage fin et « pointu », et dans la montée du Pic (dans les 15 kms) il décollait et arrivait en haut un bon quart d'heure avant moi ... et toujours quelques minutes avant les meilleurs cyclistes du groupe . Ensuite, outre ces sorties marche et cyclotourisme, avec ce groupe AJ toujours animé par François, il y avait un activisme culturel assez exceptionnel... Par exemple, inviter un chanteur presque inconnu John Littleton, et ses négro spirituals que j'avais découvert quelques années avant par la radio . Avec François, le groupe AJ et quelques assos amies JOC/JAC/JEC, les sections jeunes CGT, CFTC, on a rempli une salle de plus de 400 places (le Marivaux) et par la suite, avec quelques autres actions de ce genre, toujours en union avec d'autres assos très diverses, les « jeunes » ont pu prendre une part active de responsabilités dans le jumelage Roanne-Reutlingen . Ce que la mairie de ces années là mettait en place, sans aucune personne de moins 50 ans ...

Ensuite, les tribulations de la vie m'ont éloigné régulièrement de Roanne, j'ai croisé François quelques fois dans la librairie de la rue du Lycée où il travaillait, et il y a quelques jours, j'ai appris qu'il est mort le 15 Mars, il y a 10 ans ... "mort", ce mot m'est étranger quand je pense aux rencontres de ces années-là, François Lavergne est pour toujours ce jeune homme voltigeant sur son vélo dans la montée du Pic de Rochefort, et quand j'entends le temps des cerises, c'est aussi le temps des balades ajistes dans les montagnes de la Madeleine, c'est un temps de jeunesse quand le cœur n'abdique pas quoi qu'il arrive. Salut François …

 

PS : Je dédie d'abord cette lettre à Claire Lavergne, et à celles et ceux qui l'ont croisé, en partageant quelque chose comme ce texte de Jean Vasca

 

Amis soyez toujours ces veilleuses qui tremblent
Cette fièvre dans l'air comme une onde passant
Laissez fumer longtemps la cendre des paroles
Ne verrouillez jamais la vie à double tour

Je suis là cœur battant dans certains soirs d'été
A vous imaginer à vous réinventer

Amis soyez toujours ces voix sur l'autre rive
Qui prolongent dans moi la fête et la ferveur
Des fois vous le savez il fait encore si froid
Le voyage est si long jusqu'aux terres promises

Je suis là cœur battant dans tous les trains de nuit
Traversant comme vous tant de gares désertes

Amis soyez toujours l'ombre d'un bateau ivre
Ce vieux rêve têtu qui nous tenait debout

Peut être vivrons-nous des lambeaux d'avenir
Et puis nous vieillirons comme le veut l'usage

Je suis là cœur battant à tous les carrefours
A vous tendre les mains dans l'axe du soleil

 

 

  • * L'ex caserne Werlé, un grand bâtiment de 3 ou 4 étages qui était le sièges de toutes les assos 1901 de Roanne, et il y en avait beaucoup, certaines salles étaient partagées par plusieurs assos qui avaient chacune leur jour, et ça générait des liens entre groupes très différents.

  • ** Le Pic de Rochefort, près de la Loge des Gardes et de la frontière bourbonnaise, la maison était plus ou moins hantée par une histoire de règements de comptes entre maquisards et miliciens .. Mais nous n'avons jamais vu de fantômes .

  • *** Balbigny, une maison au bord de la Loire, à l'entrée des gorges de la Loire, où on allait chanter le Mai, récolter des œufs dans les fermes , en chantant, et faire des omelettes géantes.

  • **** Changy Villemontais, marche organisée par le groupe alpin, 33 kms sans route goudronnée, chemins et sentiers uniquement

 

Norbert Gabriel

 

 

 

Écrire un commentaire